Politique d’austérité dévastatrice en matière de prestations complémentaires

La Confédération et les cantons veulent économiser près d’un demi-milliard de francs sur le dos des bénéficiaires de rentes les plus pauvres. Ce sont en effet les plans que le gouvernement a présentés dans le message sur la réforme des prestations complémentaires (PC) qu’il a soumis aux Chambres fédérales vendredi. L’examen parlementaire risque d’aboutir à des mesures encore plus draconiennes, car les partis bourgeois ont exigé, lors de la procédure de consultation, une politique d’austérité encore plus marquée. C’est dire si le relèvement des rentes AVS est impérativement nécessaire pour éviter que les retraité(e)s les plus démunis soient encore plus désavantagés.

Cédant aux pressions des cantons et des partis bourgeois, le Conseil fédéral souhaite maintenant aussi se livrer à un exercice d’austérité dans le domaine des PC, qui touchera de plein fouet les 50 000 allocataires auxquels les PC remboursent les primes de caisses-maladie. En effet, le gouvernement propose à cet égard une réduction des remboursements pouvant atteindre 40 %, puisque ce ne sera pas la prime moyenne qui sera versée, mais la réduction individuelle des primes dans chaque canton, bien moins élevée.

En réduisant les montants versés au titre de remboursement des primes de caisses-maladie, les cantons économisent 161 millions de francs, sur le dos des aînés dans le besoin, qui recevront une aide bien inférieure pour couvrir leurs frais de santé. Il est donc d’autant plus urgent de relever les rentes AVS, faute de quoi il sera impossible de combler le trou dans le budget des retraité(e)s.

Le Conseil fédéral veut durcir les conditions d’octroi des PC. À l’avenir, toute personne qui, malgré des revenus modestes, a pu mettre un peu d’argent de côté en ayant vécu chichement devra en dépenser une bien plus grande partie avant d’avoir droit aux PC.

Les décisions du gouvernement et les visées encore plus antisociales des partis bourgeois démontent définitivement l’argument des opposants à AVSplus selon lesquels cette initiative n’apporte rien aux allocataires de PC : pour ceux-ci, seule une augmentation des rentes AVS est synonyme de sécurité, car elle réduit leur dépendance envers les PC.

Renseignements :
  • Doris Bianchi, secrétaire dirigeante de l’USS, 076 564 67 67
  • Thomas Zimmermann, responsable de la communication USS, 079 249 59 74